Le Sanctuaire


Même si le sanctuaire est sans doute la pièce la plus importante du temple, c'est aussi une des plus petites. "Petite" relativement à la taille de la salle hypostyle par exemple, car à Edfou, le sanctuaire atteint une dizaine de mètres de long. La plus importante, car le sanctuaire ou "Naos" est l'endroit où est conservée la statue du dieu et est donc d'une certaine manière l'habitat terrestre d'une divinité.


L'appellation naos recouvre plusieurs échelles de monuments et d'espaces : du temple lui-même, à l'ensemble des espaces intimes nécessaires à la résidence de la divinité jusqu'au tabernacle massif qui abrite sa statue et dont la fonction, comme le décor, modélisent un sanctuaire entier.

Pierre Zignani, Enseignement d'un temple Ă©gyptien

On le voit, la dénomination de cette salle est compliquée : on parle de sanctuaire, de saint des saints, de naos, etc. Dans la plupart des cas, la lecture du contexte permet de lever les ambiguïtés.

Le sens de "Naos" que nous prenons ici est celui qui désigne le sanctuaire, c'est à dire cette pièce qui renferme la divinité. Du point de vue de l'architecture, il s'agit d'une salle rectangulaire, dépourvue d'éclairage naturel, et à laquelle on n'accède en général que par une seule porte. Le plafond est le plus souvent plat, même si les naos du temple de Séthy premier en Abydos ont un toit voûté.

Le naos est disposé dans l'axe principal du temple, si bien qu'en visitant les monuments à l'heure actuelle, on pourrait douter du manque d'éclairage : la lumière entre bien souvent directement depuis la première porte du temple jusqu'au fond du naos. Il ne faut cependant pas oublier qu'en dehors des fêtes importantes, les portes axiales des temples n'étaient presque jamais ouvertes et la lumière ne pouvait pas pénétrer directement. Le côté sombre de la pièce est renforcé par l'abaissement du plafond et par l'élévation du sol du sanctuaire.

La statue divine ne reposait pas directement dans le naos, elle était enfermée dans un tabernacle en pierre, en bois ou métaux précieux, qui devait sans doute ressembler à ce petit tabernacle retrouvé dans la tombe de Toutankhamon :

La chapelle en bois doré de Toutankhamon (http://wysinger.homestead.com/kingtutankhamunshine.html)

Seul le roi, ou les prêtres les plus hauts placés pouvaient pénétrer dans le sanctuaire et ouvrir le tabernacle contenant la statue du dieu. Cette opération avait lieu au moins chaque matin, lors de l'éveil de la divinité, et ne pouvait être entreprise qu'après de nombreuses purifications. Effectuées dans une pièce très sombre, les cérémonies nécessitaient l'apport de lumière d'éclairages artificiels dont certains types ont été dessinés sur les murs des temples ou des tombes.

La décoration de cette salle est essentielle, elle permettait aux égyptiens de s'assurer que, même si le culte réel - physique - n'avait plus lieu, les bas reliefs immortaliseraient à jamais les scènes de culte qui y avaient lieu. En général, il était donc question d'offre d'offrandes à la divinité, de sa toilette matinale et de diverses scènes d'adoration. Il est possible de se faire une idée du programme décoratif du naos en observant les très belles photographies en observant les photographies des sept chapelles du temple d'Abydos : Les 7 Chapelles du temple de Séthy Premier.



Rechercher


Naos - Edfou

Tabernacle du dieu Horus à Edfou. (Photo de l'auteur)

Naos

Tabernacle conservé au British Museum. (Photo de l'auteur)

Naos d'Abou Simbel

Sanctuaire et reposoir de la barque d’Abou-Simbel. Abou-Simbel Ă  la Gloire de Ramsès, Madeleine Peters Destéract.

Tous droits réservés pour les textes, les images et le design. Commentaires et questions sur le forum & livre d'or.
© Paul François - http://temple.egyptien.egyptos.net - Hébergé par Égyptos.